menu+-
S.FREUDS.FERENCZI

Jacques Rivalin

Psychanalyste à Nantes - Psychothérapeute* à Nantes - Psychothérapie à Nantes
Président de l'Institut Français de Psychanalyse P.A.R

Psychanalyste à Nantes

Psychothérapeute à Nantes

Psychothérapie à Nantes
Président de l'Institut Français de Psychanalyse P.A.R

Jacques Rivalin

Psychanalyste à Nantes - Psychothérapeute à Nantes - Psychothérapie à Nantes
Président de l'Institut Français de Psychanalyse P.A.R

Accueil / Articles

Articles

Articles et brèves de Jacques Rivalin, abordant de très nombreux thèmes philosophiques et métaphysiques sur le développement conceptuel de la P.A.R et la présentation de tranches de vie philosophiques.

Au-Delà des Vœux : Le sens profond de se souhaiter une bonne et heureuse nouvelle année

Bonne année, Bonne santé, Tous mes vœux !!

Formules tant entendues, tellement qu’elles en paraissent éculées. Habitudes, obligations sociales, intérêts à se faire valoir. il est intéressant d’aller surfer sur quelques réflexions sérieuses qui ne devront en rien obérer l’esprit festif difficile certes à activer par ces temps.

L’échange traditionnel de vœux de bonne année va bien au-delà de simples formules de politesse. C’est un rituel mondial qui transcende les barrières culturelles et linguistiques. Au-delà des mots, se souhaiter une bonne et heureuse nouvelle année est ancré dans des significations profondes et universelles. Cet petit article explore le sens de cette pratique et son impact sur notre bien-être, nos relations et notre perspective future.

Mais finalement ce rituel ne serait-il pas pleinement psy ?

En exprimant ses vœux il s’agira bien sûr d’effectuer un reflet sur l’année écoulée. C’est sans le vouloir ni le savoir la plupart du temps l’occasion de faire un bilan, un point de situation, une évaluation de l’année écoulée. Pour ainsi analyser les réussites les échecs, les défis que nous nous étions fixés l’année précédente. Ainsi nécessairement cette réflexion influencera nos aspirations pour l’année à venir.

Nous n’allons pas disserter ici sur cette pratique, surtout en cette période de vœux !! Osons nous un regard philosophique, notamment celui qui exposerait notre réflexion comme une certaine idée d’une soumission au fatalisme. Comme si « Avoir, ou faire des vœux » pouvait signifier nécessairement de s’en remettre à une autorité divine ou d’adopter une soumission au destin. Nous allons ancrer notre développement plus dans la capacité humaine à exprimer des aspirations, des espoirs et des intentions pour le futur. Voici quelques points qui soulignent en quoi « avoir des vœux » ne se réduit pas à une soumission à une autorité divine ou au fatalisme :

  • Faire des vœux est généralement une expression de la volonté personnelle. C’est l’occasion pour les individus de réfléchir à leurs objectifs, leurs rêves et leurs souhaits, et de les formuler consciemment.
  • Formuler des vœux implique souvent une prise de responsabilité quant à la direction que l’on souhaite donner à sa vie. Cela peut inclure des engagements envers l’amélioration personnelle, des projets professionnels ou des relations interpersonnelles.
  • En faisant des vœux, les individus expriment leur capacité à influencer leur propre destin. Cela reflète l’idée que les choix et les actions personnelles jouent un rôle important dans la création de l’avenir.
  • C’est un encouragement de l’espoir, ainsi l’acte de faire des vœux sera de fait associé à l’espoir et à l’optimisme. En encourageant les individus à envisager un avenir meilleur et à travailler activement vers la réalisation de leurs aspirations.
  • Avoir des vœux n’implique pas nécessairement une adhésion stricte à un destin fixe. Les vœux peuvent évoluer au fil du temps en fonction des expériences, des apprentissages et des changements de circonstances.
  • Présenter ses vœux peut se réaliser dans une pluralité des croyances. Car les vœux peuvent être formulés dans le cadre de différentes croyances philosophiques, spirituelles ou religieuses, mais ils ne sont pas exclusivement liés à une autorité divine. Des personnes de divers horizons culturels et spirituels font des vœux en fonction de leurs propres valeurs et perspectives.

Dans ces contextes nous pouvons postuler « qu’avoir des vœux » est souvent un acte personnel, conscient et dynamique, reflétant la capacité humaine à façonner son propre avenir. Il ne se réduit pas nécessairement à une passivité face à une autorité divine ou à une acceptation fataliste de son destin.

Nous allons donc nous appuyer sur notre foi en un optimisme certain et aussi quasiment religieux qui va considérer cet exercice social et sociétal finalement comme une pratique saine. Nous l’avons vu qui est celle d’une forme de bilan et de remise en cause des actions passées osons même dire des actes, une sorte de crise de foi matinée dans celle du foie, lui bien sollicité en cette période. Oser ce regarder plus ou moins en face et tirer comme une exégèse de nous même en action et situation.

La psychanalyse PAR a depuis longtemps place l’homme en situation de transcendance de lui-même par le concept de PLA, la pleine lucidité appliquée, qui est cette qualité malheureusement manquante à la fois dans les schémas éducatifs et dans les comportements induits.

Présenter ses vœux est malheureusement très éloigné de cette pratique qualitative que nous introduisons dans nos démarche. Mais cette tradition qui vient de loin et dont l’exégèse serait impossible à faire ici, repose sur l’intérêt d’une observation et d’une évaluation de soi même pour en tirer comme un état, un inventaire. Ceci en ayant souvent placé des marqueurs qui bien sûr sont ceux des années précédentes.

En pensant présenter mes vœux, cela me permet de réaliser telle ou telle acte ou action, je me promets de modifier tel ou tel comportement. En osant même en cette période être festif et aventurier, nous dirons réaliser comme un travail presque anamnésique. Cette démarche à la fois organisée et structurée par les rituels sociaux, sera augmentée par une réflexion intérieure qu’aucun ne manquera pas de faire en cette période. Surtout celles qui disent : « moi la nouvelle année et les vœux je m’en passe volontiers, posant ainsi une manifestation de leur propre limite de conduites de « désincarnement » sociétal.

Alors souhaitons nos vœux

  • Souhaitons nos vœux à nous-mêmes.

pour savoir évaluer nos doutes, nos excès et insuffisances, avec une volonté de s’améliorer. Bien sûr tout bon individu rompu à la PAR connaîtra la limite de la volonté confrontée à la force des résistances non abréagies.

  • Souhaitons nos vœux à autrui.

Les miens et les autres. Quelle prétention eucharistique. Mais n’est point là à nouveau une forme d’exégèse que de se mettre avec autrui, avec nos proches et de savoir nous reconnaître parmi eux en tant que bienveillant ou mal agissant. C’est ce travail d’évaluation et de sincérité qui est ainsi permis.

Je l’ai souvent écrit seul l’homme lucide est heureux, et quelle belle lucidité que de s’appliquer à cet exercice. Les bénéfices de la PAR nous apprennent que seul cette lucidité est possible uniquement à travers le concept de sincérité avec soi même. Apprendre, atteindre cette sincérité doit être la priorité absolue

Ainsi L’importance des vœux pour le bien-être apportera une forme d’influence positive des pensées optimistes sur la santé mentale. Ainsi nous voyons comment l’acte de se souhaiter mutuellement du bien pourra renforcer le moral.

Cela permettra également de renforcer les liens interpersonnels, par ce pouvoir des vœux partagés dans le renforcement des relations. De fait nous observerons comment cela crée un sentiment de communauté et de soutien mutuel.

Apparaîtra ainsi une forme de psychologie derrière les vœux de bonne année. Principalement par l’impact des anticipations positives sur le comportement humain. Un bénéfice par l’observation de l’influence des voeux sur notre attitude envers les défis futurs.

Tous nos vœux !

Ainsi l’échange de vœux pour une bonne et heureuse nouvelle année va bien au-delà d’une simple formalité. Il offre une occasion de réflexion, de connexion interpersonnelle et de projection vers l’avenir. En comprenant le sens profond derrière cette tradition mondiale, nous pouvons exploiter son pouvoir pour cultiver le bien-être, renforcer les relations et embrasser avec optimisme les opportunités à venir. En fin de compte, se souhaiter mutuellement une bonne année est bien plus qu’une coutume, c’est un acte qui façonne notre état d’esprit et notre réalité collective.

Bonne année, bonne santé !

Jacques Rivalin, Psychanalyste et psychothérapie à Nantes

La Psychanalyse P.A.R est une nouvelle forme de thérapie, brève et très aboutie. C'est une réelle psychanalyse dynamique et de courte durée. La pratique de la P.A.R. met l’analysant en situation de se connaître rapidement au plus profond de lui-même pour mettre en place les changements nécessaires et indispensables à sa recherche de bien-être.

* Psychothérapeute : psychothérapie analytique hors cadre réglementé ARS

Étant depuis 1989 Psychanalyste didacticien, Jacques Rivalin forme des psychanalystes les amenant au stade de l’exercice professionnel, qui ensuite sera supervisé, tout le long de leur activité professionnelle, garantissant ainsi au psychanalyste et à ses analysants une assurance de résultats et de qualité.

📍 nantes

11 rue La Fayette, 44000 Nantes
02 40 29 05 11
Uniquement sur répondeur. N'hésitez pas à laisser un message.

📍 PARIS

IFPAR - 59 Rue de Ponthieu, 75008 Paris
06 89 86 03 62
Uniquement sur répondeur. N'hésitez pas à laisser un message.